Nathalie Hébert nous emmène dans la capitale de la Normandie, à Rouen. Après 9 ans à Paris, suite à une proposition de mutation de son mari, ils ont décidé de saisir l’opportunité et de repartir vivre en région normande. Elle nous raconte !

Avant toute chose, comment êtes-vous arrivé(e) sur Paris et pour quoi faire ?

A la fin de mes études à Caen (LEA), il était compliqué de trouver du travail en restant dans la région. Une opportunité s’est présentée à moi à la Défense.

Combien de temps êtes-vous resté(e) sur Paris ?

9 ans

Quelles raisons vous ont poussé à quitter Paris ?

Mon mari a reçu une proposition de mutation à Rouen. Etant normands tous les deux, nous n’avons pas hésité longtemps.

Maintenant que vous avez quitté la capitale, où habitez vous ? Que faites-vous ?

Tout près de Rouen. Je suis assistante commerciale, le même poste que j’occupais en région parisienne.

Partir de Paris : comment vous êtes-vous décidé et avez-vous franchi le pas ? Comment choisir la ville ?

La mutation de mon mari a facilité les choses. Nous n’avions à l’époque pas d’enfant. J’ai démissionné et hop !!

Quels sont les points positifs de votre nouvelle région / ville ?

Rouen est une grande ville avec de nombreux atouts sportifs et culturels, à une heure de route de la mer. Si l’on veut, il y a toujours quelque chose à faire.

Quels sont les points négatifs de votre nouvelle région / ville ?

Le point noir est la circulation dans Rouen mais je n’en subis pas les désagréments, car je travaille à 5 mn de la maison 🙂

Quelles sont vos bonnes adresses / coups de coeur dans votre nouvelle ville ? (pour y manger, à visiter, à voir…)

Coup de coeur : le hockey sur glace que j’ai découvert en arrivant à Rouen. Je suis fan ! Mon fils, né à Rouen, connait la patinoire comme sa poche. Le RHE76 vient de remporter son 15ème titre de champion de France. Ça n’est quand même pas rien !!

Quels conseils donneriez-vous aux parisiens qui veulent partir ? Ressources utiles, personnes à connaitre, outils…

Personnellement le départ s’est offert à moi. Il faut bien sûr savoir saisir les opportunités quand elles se présentent.

Merci à Nathalie pour son témoignage ! Retrouvez-la sur Twitter.