Partir vivre en Bretagne à Cancale : le témoignage de Marie-Sophie

C’est une bretonne d’origine, et l’appel de la mer et de ses racines a pris le pas sur sa vie parisienne. Après 5 années à Paris, où elle est venue pour le travail, Marie-Sophie Raquidel a décidé de repartir vivre en Bretagne. Malgré un voyage en Nouvelle-Zélande annulé à cause du covid qui aurait dû lui servir de transition, elle a pris le chemin direct vers Cancale pour revenir sur ses terres bretonnes. Elle nous partage son expérience.

Pourquoi êtes-vous venue vous installer à Paris ? Combien de temps êtes-vous restée ?

J’ai emménagé à Paris après mes études pour le travail. Le marché de l’emploi est bien plus actif qu’en région. J’y suis restée presque 5 ans.

Quelles raisons vous ont poussées à quitter Paris ? Un déclic particulier ?

Bretonne d’origine, la mer me manquait. Malgré que Paris soit une ville magnifique et très dynamique, la Bretagne et ma famille me manquaient. Initialement, j’ai quitté Paris pour partir en PVT en Nouvelle Zélande (annuler quelques jours avant le départ dû au confinement). Ce départ à l’autre bout du monde devait être pour moi la réalisation d’un rêve mais aussi de réfléchir à mon avenir et en stoppant la routine métro/boulot/dodo. Voyager tout en faisant des métiers manuels avec la rencontre de personnes du monde entier.

Où êtes-vous partie vous installer ?

Je suis reparti m’installer à Cancale en Bretagne.

Décider de partir, c’est une chose. Le faire, c’est une autre aire de manches ! Comment avez-vous franchi le pas ?

Le plus dur était de s’éloigner de certains amis qui comptent beaucoup pour moi. Mais à côté de ça, quitter mon job, mon appartement, ne m’a posé aucun problème. Cela a même été une délivrance, un poids en moins. Le retour aux sources était attendu.

Quitter Paris, partir vivre en région. Le bilan en une phrase ?

Cela a été un nouveau souffle pour moi.

Qu’avez-vous gagné en quittant Paris ?

Plein de choses : la famille, l’espace, le bon air marin, les randonnées, la possibilité d’adopter un chien et qu’il grandisse dans un environnement où il peut courir en sécurité, une meilleure déconnexion de mon travail en fin de journée.

Que regrettez-vous ?

D’avoir pris un an pour partir mais je suis très heureuse de cette décision 😀 Sérieusement, très peu de chose, mais peut-être une chose qui peut paraître futile, mais la livraison à domicile de sushis me manque parfois 😄 Chez moi, le seul service de restauration à domicile est la pizza.

Baisse de salaire, prix de l’immobilier, coût de la vie… Quels sont les retours de votre porte-monnaie ?

Vivant dans une région touristique qui voit les prix de l’immobilier en constante hausse, il n’y a pas énormément de changement sur mon porte-monnaie. La grande différence est la superficie du logement, bien plus supérieur que celle de Paris pour un loyer similaire.

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui réfléchissent à changer de vie ?

Ne réfléchissez pas, ne reportez pas d’une année sur l’autre. Je vous conseillerais tout de même de déménager dans une région où vous avez quelques connaissances pour que l’intégration se passe bien. Si vous n’avez pas eu l’occasion de vivre dans cette nouvelle région, partez plusieurs fois dans l’année. Et surtout renseignez vous sur le marché du travail. Si vous regrettez votre départ après un certains temps, vous pourrez toujours y retourner. Au moins vous aurez testé et vous n’aurez pas de regret.

« Quitter Paris, c’est… »

… vivre autrement.

Merci à Marie-Sophie pour son témoignage.