Cap sur la région Pays de la Loire, dans la ville des Sables d’Olonne où Aurélie Malau a posé ses valises avec sa famille. Après plus d’une dizaine d’années passées à Paris et en région parisienne, elle vit une nouvelle vie en région avec sa famille. Elle nous partage son histoire !

Combien de temps êtes-vous resté(e) sur Paris ?

Je suis née dans le 78, je suis partie à l’âge de 11 ans puis j’y suis retournée après mes études à 18 ans jusqu’à 28 ans.

Quelles raisons vous ont poussé à quitter Paris ?

La raison principale était nos enfants, l’envie de leur offrir une vie plus douce, d’avoir plus de temps pour elles et pour nous.

Maintenant que vous avez quitté la capitale, où habitez vous ? Que faites-vous ?

Nous vivons en Vendée, je suis rédactrice web freelance et je travaille de chez moi. Mon mari travaille en tant que sous-traitant pour une boite de transport.

Partir de Paris : comment vous êtes-vous décidé et avez-vous franchi le pas ? Comment choisir la ville ?

C’est mon mari qui, sur un coup de tête à la suite d’un licenciement économique, m’a dit « le mois prochain on part, fais les valises ! ». Il en avait marre de passer son temps en voiture pour aller bosser, son travail devenait compliqué… En 2 ans, il a subi 3 licenciements économiques.

On connaissait bien la Vendée étant donné que j’ai une partie de ma famille qui y est installée depuis 15 ans. Les Sables d’Olonne était une évidence : une région que nous connaissons bien et dans laquelle nous avions vécu quelques années quand on était jeune, de la famille sur place, un climat sympa, à côté de la mer, et une accessibilité à la propriété bien plus évidente qu’en région parisienne. Cette région répondait à toutes nos envies, nos questions… Il ne restait plus qu’à oser changer de vie.

Quels sont les points positifs de votre nouvelle région / ville ?

Il y en a tellement ! Le premier est d’être proche de l’océan. Une chose est sûre, c’est que je ne pourrais plus vivre loin de la mer ! C’est tellement ressourçant, apaisant, plaisant. Je le dis souvent, mais il faut vraiment y vivre pour se rendre compte de la chance que nous avons (et encore plus quand on a des enfants). Ensuite, le gain de temps, ne plus passer sa journée en voiture ou dans les transports. Puis comme je le disais l’accès au logement. Que ce soit en tant que locataire ou propriétaire, on peut se loger bien plus facilement qu’à Paris ou en région parisienne. En 6 mois, avec un job à mi-temps pour ma part et un tout nouveau emploi pour mon mari, nous avons pu faire l’acquisition d’une jolie petite maison (100m2 tout de même) avec jardin. Le rêve !

Quels sont les points négatifs de votre nouvelle région / ville ?

Si je ne devais en citer qu’un, je dirais notre famille qui est toujours installée en région parisienne et que nous voyons, de fait, moins souvent.
Après il y a les centres commerciaux et les grandes enseignes. Beaucoup moins de choix dans le coin pour faire du shopping. Pareil d’un point de vue culturel. Mais cela n’est pas un problème pour nous. La Vendée se développe bien il y a plein de choses à faire à voir et à découvrir. Que ce soit culturel notamment avec le Vendée Space et toutes les petites salles de spectacle de la région, ou les jolis coins à découvrir.

Quelles sont vos bonnes adresses / coups de coeur dans votre nouvelle ville ? (pour y manger, à visiter, à voir…)

Aux Sables d’Olonne, il faut aller manger à « La Suite S’il Vous Plait ». C’est un petit restaurant à coté de la mer que nous avons découvert récemment. La chef de l’établissement est en cuisine, c’est délicieux et le personnel est adorable. Il faut aussi essayer le brunch du dimanche midi avec les fruits de mer à volonté de la Thalasso, vous en aurez pour votre argent. Le buffet, en plus de la vue, est MAGNIFIQUE ! Pour les gourmands vous pouvez tester le LS Kitchen qui est sur le port. Ce restaurant est un mélange de saveurs en passant par la cuisine mexicaine, américaine ou encore asiatique. Les végétariens y trouveront également leur bonheur. Les plats sont bien servis. En revanche le service peut-être parfois un peu particulier, on est plus ou moins bien accueilli, il faut tomber sur le bon jour on va dire. Puis pour les fans de burgers maison, il faut aller au Reef, qui est également face à la mer. Le personnel est accueillant et sympathique, le cadre est joli et les plats sont copieux et bons. Je pourrais également vous conseiller de vous arrêter par Pétales de Roses pour manger une crêpe, gaufre ou glace maison. Au niveau des prix, ils restent très raisonnables (et ça c’est de plus en plus rare). La patronne est marrante et accueillante et les glaces sont excellentes.

Puis, si vous ne devez passer qu’une seule journée sur la plage des Sables, prenez la direction de la petite plage de Tanchet, moins touristique que la grande avec un esprit familiale au RDV, (c’est LA plage des surfeurs)? Nous avons passer notre été à manger des frite et boire des verres de rosé les pieds dans le sable, servi par le personnel adorable de « Chez Suzon ». La patronne et ses employés sont souriants et accueillants, les enfants sont aussi bien accueillis que les grands. Ces bars de plage mettent à disposition des petites tables des camping à planter dans le sable pour regarder le soleil se coucher tout en buvant un verre et en mangeant des tapas. Il y a des très bonnes tables aux Sables d’Olonne, la liste pourrait être longue 😉

Quels conseils donneriez-vous aux parisiens qui veulent partir ? Ressources utiles, personnes à connaitre, outils…

Si je devais donner un seul conseil, ça serait OSER. Oui je sais, c’est facile à dire mais c’est mon mari qui a pris la décision de partir et j’étais vraiment retissante car j’aimais ma vie en région parisienne : « tout quitter mais pour quoi ? ». J’ai beaucoup pleuré lors de notre déménagement. Mais quel bonheur d’être ici maintenant. Nous sommes partis avec rien, sans boulot, sans maison avec plus un sous en poche mais avec comme seule envie, celle de donner une vie plus douce à notre famille et une qualité de vie meilleure sur tous les points. Ce qui nous a clairement aidé, c’est que j’avais ma maman et mon beau-père sur place pour pouvoir poser nos bagages en arrivant. Nous n’avons pas tous cette chance, c’est vrai, et encore aujourd’hui je me dis heureusement qu’ils étaient là, nous sommes tellement reconnaissants.

Si vous en avez envie, osez ! Posez-vous les bonnes questions : quelles sont aujourd’hui vos priorités : l’argent, le travail, la famille, la qualité de vie, les amis ? Partez dans une ville que vous connaissez bien. Je pense que c’est un point important. Ou alors dans une région où vous avez de la famille ou des amis pour vous guider et vous aider les premiers temps, peut être rassurant et d’une grande aide. Une ville ou vous pourrez trouver du travail dans votre branche ou alors où vous pourrez vous reconvertir facilement. Je pense que peu importe où l’on soit, si on veut bosser, on trouve, même si parfois cela implique des concessions. Socialement, on ne perd pas nos amis pour autant. Après 6 ans, ils continuent de venir nous voir. On y va aussi régulièrement. Puis on arrive aussi facilement à faire des nouvelles connaissances dans cette nouvelle vie qui peuvent être des très belles rencontres. Je dis souvent aux personnes qui me posent la question sur le fait de savoir si nous regrettons notre choix notamment par rapport au travail : même si on me proposait un travail, soyons fous, à 10 000 euros par mois, je ne retournais pas vivre en région parisienne ou à Paris.

Merci à Aurélie pour son témoignage ! Retrouvez-la sur son blog Aurélie et Compagnie ou sur Instagram @AurelieMalau.