Le parisien intra-muros pure souche. Comme les licornes, tout le monde sait ce que c’est, mais personne n’en a jamais vraiment vu 😉 Et quand le parisien revendique « je suis un vrai parisien », il suffit de creuser quelques minutes pour se rendre compte qu’il est en fait originaire de la « région parisienne ». Pas exactement la même chose.

Bref, revenons à nos moutons. Le parisien pure souche est rare. Habituellement, et si vous vivez à Paris depuis plusieurs années, nous nous sommes tous rendus compte que les personnes originaires de toutes les régions de France (aussi appelées « Province ») et montées sur Paris pour les études ou le boulot, c’est chose commune. En effet, Paris est peuplé de Provinciaux. Un comble !

Parisien adoptif, provincial de coeur

Souvent, le provincial qui monte sur Paris se sent plus ou moins excité à l’idée de goûter à cette légendaire vie parisienne. Il y fait ses premiers pas, goûte aux joies de l’effervescence et d’une vie qui n’arrête pas. Le bonheur de « tout à proximité », du « tout ouvert jusqu’à tard », du « tout plein de chose à faire au point de ne plus avoir le temps de rien ».

L’ivresse parisienne passée, le temps aussi, c’est la réalité qui rattrape cet originaire de région. Tout va trop vite, tout va trop fort… Tout est en « trop ». Il déchante et rêve en secret de retourner aux sources, de retrouver les origines.

Paris, je t’aime, mais pas assez pour rester

province-love

Un grand classique. Le provincial qui reste plusieurs années à Paris et en réalité quelqu’un qui aime Paris. Mais si il aime Paris, alors pourquoi est-il touché par ce syndrome presque inévitable du « Je veux quitter Paris« … Parce que les temps changent, la vie a ses étapes…

Surtout que ce parisien adoptif et, comme le terme l’indique, « adoptif ». Par le passé, il a connu autre chose. La sérénité en région, le calme de la campagne, le bonheur de la nature… Touché par le syndrome, ce parisien adoptif veut finalement quitter la terre adoptive qu’il aime tant… mais pas assez pour la supporter encore et y rester.

Alors ce message s’adresse à vous, cher parisien adoptif mais provincial dans le coeur :

Vivez pleinement Paris, assumez le paradoxe de l’aimer et de vouloir la quitter, et lancez vous pour quitter Paris !